Barjac

La commune de Barjac constitue le point de départ de multiples itinéraires touristiques vers la vallée de la Cèze, la réserve naturelle des gorges de l’Ardèche, les Cévennes et la garrigue nîmoise.

Des Cévennes aux vallées des côtes du Rhône, les randonneurs se laisseront surprendre par la succession de paysages grandioses et changeant.

Cette commune, dont les premiers seigneurs ont été les (de) Barjac et leurs descendants (de Poitiers-Valentinois, de Seyssel) jusqu’à la fin du xve siècle, devient l’un des fiefs de la famille Grimoard de Beauvoir, comtes du Roure à partir du premier tiers du xviie siècle.

Le château renaissance des comtes du Roure (construit entre 1634 et 1639) est resté propriété de cette famille jusqu’en 1899 puis devient propriété communale en 1982.

Il abrite désormais la mairie, une salle des fêtes, une médiathèque et diverses salles de danse de musique, dessin, etc.

La commune a hérité d’un patrimoine riche de nombreux hôtels particuliers, ornés de façades travaillées. Encore aujourd’hui dans les rues de Barjac, est visible la présence de vestiges des anciens remparts de la ville construits en 1379 mais aussi de nombreuses sculptures d’origine romaine (pour la plupart d’entre elles) et incluses dans les murs des maisons comme par exemple la « maison dite des comédiens » derrière l’ancienne mairie dont un lion ailé garde la porte. Il s’agit de vestiges qui viennent en grande partie du domaine gallo-romain de Malhac situé dans la plaine de Barjac et redécouvert dans les années 1860, notamment par Léon Allègre.

La ville est dominée de huit tours qui étaient le symbole de la puissance de leurs propriétaires (souvent bourgeois, ou de petite noblesse).

La ville était alimentée en eau potable par un aqueduc venant de la source de Font Malliague, située à plus d’un kilomètre du centre. Seule la fontaine située près de l’office du tourisme fonctionne encore grâce à cet ancien réseau.

Louis XIII, séjourna à Barjac dans la maison des BEAUVOIR du ROURE de Saint Florent (branche cadette des GRIMOARD) dans la nuit du 5 au 6 juin 1629, les troupes royales réinvestissant les places fortes protestantes de la région. Louis XIII signera la Paix d’Alès (ou Edit de Grâce) deux semaines plus tard, le 28 juin, mettant fin à une période de 70 ans de guerres religieuses entre protestants et catholiques.

Sous l’impulsion des Comtes du Roure, les Capucins s’implantent sur la commune à partir de 1630 pour convertir la population barjacoise majoritairement protestante. Ils y resteront jusqu’à la Révolution française.

La commune s’est développée au xixe siècle grâce à l’industrie de la soie (cinq filatures présentes sur la commune au milieu du xixe siècle), puis à partir des années 1830 grâce à l’établissement de mines de lignite dont l’extraction continuera jusqu’au début des années 1960.

La commune de Barjac fait partie aujourd’hui des six premières communes du département du Gard à avoir obtenu le label village de caractère.

OFFICE DE TOURISME INTERCOMMUNAL DE BARJAC
Place Charles Guynet BP 15
30430 BARJAC
tél: 04.66.24.53.44

Horaires d’ouverture:
De Septembre à Juin : du lundi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h.
En Juillet et Août : du lundi au Samedi de 10h à 19h et le dimanche de 10h à 13h.

Ce contenu a été publié dans Ardèche Méridionale, Découvrez, Villages, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Barjac

  1. Ping : Stop au Gaz de Schiste | J'aime l'Ardèche