Les complaintes du Griot

Votre «Montagne»
Vois-tu mon Ami, tu m’as manqué depuis ma dernière visite dans un des magnifiques ateliers d’artistes qui fleurissent dans ta belle région.
J’ai du, comme tu le sais, m’absenter de long moments et j’espère que mon absence ne t’as pas été douloureuse et si elle l’a été, je m’en excuse devant DOUNA, la mère de toutes les mères.

La Nichoule
Vois-tu mon Ami, au fil de mes pérégrinations dans ton pays et dans ma contée, bien différente de celle de mon confrère et du lourd anneau qu’il traîne comme un boulet, il ne se passe pas un jour sans que ma pauvre vie de Griot, mes pauvres vêtements qui sentent la sueur des longues marches à travers ce monde, soient enrichis par la rencontre avec des personnes qui viennent nous ensoleiller le cœur un peu plus et encore un peu plus…
lire la suite

La fête des voisins
Vois-tu mon Ami, il y a quelque temps que je suis maintenant dans ton pays et que je tente de connaître votre manière de vivre en écoutant vos histoires, visitant vos villages, m’imprégnant de votre passé, commun au mien, comme le disait le Père Blanc, et pourtant… lire la suite

L’origine
D’autant que le monde s’en souvienne et que l’histoire de l’Homme a pu être racontée au fil des temps, je parle ici d’une période allant du MOG’UR du Clan de la Caverne des Ours* à la conteuse ardéchoise B.C… en passant par l’anticipation et son le célèbre POSTMAN… lire la suite

La vieillesse
…Et moi qui te croyais, mon frère ardéchois, quand tu me ventais les mérites de la douceur printanière de ta magnifique région.
Tu as de la chance aujourd’hui de ne pas être en face de moi, je t’aurai jeté un sort voire, pire, donné en pâture aux crocos comme le faisait (selon la rumeur) une vieille connaissance impériale, JBB,  lui-même grand ami d’un accordéoniste auvergnat et marié à une fleur (soupirs poétiques)… lire la suite

Nos ancêtres les gaulois
…..Vois-tu Mon Ami, ton pays ne tiens pas ses promesses. Ce week-end encore il a plu et foi de griot, mes vieux os sont pour toujours congelés, mes narines noires gouttent et mon balafon ne veut plus jouer.
Il va donc falloir que je reste beaucoup plus longtemps dans ton pays afin que je m’y réchauffe autour d’un bon feu ou, si le Dieu que tu vénère le souhaite, sous un rayon de soleil bienfaisant que me réconciliera avec ta magnifique région…   lire la suite

Au temps des gaulois
Je te disais mon ami, lors de ma dernière visite, que nous avions des ancêtres communs, Les Gaulois, comme me l’avais appris le vieux père missionnaire blanc qui nous dispensait son savoir au temps béni des colonies, cette adjectif faisant l’objet, tu le sais et je te l’ai déjà fait remarqué, d’une appréciation uniquement dépendante du côté duquel on se situe.
Tu as la chance d’avoir, dans ta magnifique région, des vestiges de la période de nos aïeux…
lire la suite