La vieillesse

GriotSINGELI YELLA….. Bonjour Mon Ami…..

…Et moi qui te croyais, mon frère ardéchois, quand tu me vantais les mérites de la douceur printanière de ta magnifique région.
Tu as de la chance aujourd’hui de ne pas être en face de moi, je t’aurai jeté un sort voire, pire, donné en pâture aux crocos comme le faisait (selon la rumeur) une vieille connaissance impériale, JBB, lui-même grand ami d’un accordéoniste auvergnat et marié à une fleur (soupirs    poétiques…..
Demain sera un autre jour et, quand je vais te revoir avec plaisir et échanger les salutations, tout sera oublié :

– « Salam al eikoum mon Frère, comment va ta mère, ta sœur……. (J’écourte volontairement),  tes poules ne sont pas malades, y a beaucoup d’œufs, le grain n’est pas trop cher pour les nourrir ? »
Ceci peut te faire sourire Mon Ami, mais cette tradition de salut marque l’importance de l’utilisation du moyen de communication oral que nous, Griots, utilisons pour informer, rassurer, mais également pour communiquer avec les autres au fil de notre chemin dans les villages voisins.

Je suis griot, ne l’oublies pas. Je suis le « Dauphiné » de la Savane.
Alors, conscient de la lourde tâche qui m’incombe et fidèle à mes engagements, ceux de vous raconter un peu de ce qui s’est passé durant ce week-end polaire, j’ai enfilé mon gros bonnet de laine, mes moufles et mon paletot et me suis rendu à une invitation un peu particulière, l’inauguration de l’EHPAD* de Villeneuve de Berg, « les Terrasses de l’Ibie ».

Dans la prudence, nous griots, enseignons qu’il faut toujours traverser le marigot avant de traiter d’imbécile le crocodile…..
Foi de griot… les crocos, ça mord !!!!

Un EHPAD, mon ami, c’est ce que vous appeliez, avant, un hospice avec la connotation péjorative que cela a toujours eu à vos oreilles ou une maison de retraite quand il fallu humaniser la condition de vos « vieux », condition obtenue en même temps que tes congés payés.
Aujourd’hui, ils vivent donc dans un Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes et tout a vraiment changé… Fort heureusement, foi de griot.

Quel rapport me diras-tu entre un griot venu du fin fond de sa savane en quête d’histoires associatives et l’inauguration de cette structure ?
Il y en a une Mon Ami, et une énorme à laquelle ni toi ni moi ne pourrons échapper.

La vieillesse.

Dans la vieillesse il y les « très vieux », ceux qui l’ont été moins, avant, et puis, les « presque vieux », qui ont été jeunes avant, et puis il y a….  Il y a….   Tu comprendras donc bien le cheminement de ma réflexion. Tout le monde est concerné.
Nous africains, Mon Ami, nous disons qu’à chaque fois qu’un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle.

Alors, le but de ma visite est ici de rendre hommage à ceux qui ont été et sont les pompiers qui évitent que se propage cet incendie.
Je veux parler des bénévoles qui s’occupent de vos aïeux au quotidien, ces « presque vieux » qui ont un peu plus de temps à leur consacrer et qui font tout pour maintenir alignés les livres dans cette bibliothèque. Je pourrais les appeler des « serre-livres », car ici, c’est bien dans leurs bras que le verbe « serrer » prend toute sa signification.

Il n’est nullement question d’ignorer les professionnels qui œuvrent également à cette tâche, parfois ingrate. Mais, connais-tu un métier sans une facette parfois décourageante ?

Même celui de griot a de graves inconvénients.
Tiens Mon Ami, pas plus tard que ce matin, malgré mon bonnet et mon paletot, mes os noirs et mon balafon se sont presque cassés de froid!!!!! Ta grenouille s’est déréglée.

Mais ces bénévoles organisent des kermesses, des tombolas, animent des soirées, des goûters, recherchent des griots et des ménestrels qui vont venir, à qui conter l’histoire de la Falchinelle et ses crapauds puants ou, à qui chanter que la Montagne est belle et que le soleil de Provence fait plier les bruyères d’Ardèche.

Hommage à eux donc, ces « presque vieux » en ce jour un peu particulier d’hiver retrouvé, eux qui seront « vous » demain, car eux, de « presque »  ils seront devenus « très », auront encore plus de livres dans leur tête et il faudra de nouveau de la place pour ranger la bibliothèque.

Alors, Mon Ami, si tu vois une affiche « Journée Portes Ouvertes » dans une maison de retraite, un EHPAD, franchis pour un court moment la porte du temps, ce qui te donnera peut-être l’idée d’en donner un peu plus, afin d’en recevoir beaucoup quand le temps sera venu pour toi de récolter ce que tu as semé et raconter à ceux qui t’en donneront, tout ce que les très vieux t’ont, à l’époque, donné.

Ceci est un clin d’œil à celle et celui qui ont rencontré sur leur chemin de « bons faiseurs » la fausse rumeur qui rend malade, celle qui dégrade et qui cloue dans son coin.
Foi de Griot Mon Ami. Ne joues pas à cela. La rumeur peut faire mal.

Avant de critiquer ce que tu vas devenir, pour longtemps, car je te souhaite longue vie, il faut venir voir pour apprendre et apprendre pour essayer de comprendre et quand tu auras compris, tu ne traiteras pas d’imbécile le Crocodile avant de traverser le marigot.
Je continue mon chemin vers mon prochain village mais la route est longue, je ne peux m’attarder.

1 réponse

Les commentaires sont désactivés.